Santé

La gestion du stress

A l'origine, le stress était une réaction de défense tout à fait naturelle : il permettait à l'organisme de mobiliser en quelques secondes toutes ses réserves d'énergie pour fournir un surplus d'effort. Malheureusement, les agents stressants auxquels nous devons faire face aujourd'hui sont de plus en plus nombreux. Ces agressions quotidiennes perturbent nos fonctions biologiques et épuisent nos réserves vitales ; cela constitue une véritable catastrophe physiologique


Notre corps est soumis à un véritable bombardement d'agents stressants si rapprochés qu'il est constamment en état d'alerte ; ainsi, les moments de détente nécessaires pour refaire ses forces sont de plus en plus rares. Il en résulte des êtres très agressifs, tendus, nerveux, incapables de se détendre.

Des raisons physiologiques
Notre système hormonal est complètement déréglé par :
• les centaines de produits chimiques tels que les colorants, les stabilisants présents dans l'alimentation ;
• les nombreux excitants alimentaires comme le thé, le café, le chocolat, les boissons gazeuses, les boissons alcoolisées, le sucre blanc raffiné ;
• les centaines d'agents stressants de l'environnement.
Le mauvais stress engendre une réponse d'adaptation déséquilibrée, dysharmonieuse, excessive ou insuffisante par rapport à la demande et, lorsque l'énergie n'est pas consommée, elle est stockée. C'est le stress « rentré». Il résulte de nombreuses agressions physiques et psycho-émotionnelles.
En présence de ces nombreux agents stressants, comment peut-on vivre dans le calme, la sérénité alors que notre système hormonal sollicité risque d'exploser d'un moment à l'autre ?
Lors d'un stress aigu, l'adrénaline et la noradrénaline de la médullosurrénale entrent en jeu ; lors du stress chronique, c'est la présence de corticoïdes qui augmente, en provenance de la corticosurrénale.

Stress aigu et stress chronique
Le stress aigu correspond à une agression le plus souvent violente, physique ou psycho-émotionnelle, mais limitée dans le temps. La réponse de l'organisme est, elle aussi, immédiate, violente et intense. C'est une réponse de survie.
Le stress chronique est un stress général, qui place l'organisme en déséquilibre, celui-ci pouvant occasionner beaucoup de maladies dites « d'adaptation». Il correspond à des agressions violentes ou le plus souvent modérées, mais répétées et rapprochées dans le temps, exigeant une adaptation fréquente. C'est la somme de petits stress, constituant à la longue une dose totale excessive qui dépasse le seuil de résistance. Il entraîne un épuisement psychologique et glandulaire progressif, responsable des maladies dites d'adaptation.
Que le stress soit aigu ou chronique, la réponse de l'organisme sera biologique, physique, émotionnelle et se répercutera au niveau de l'équilibre 'biochimique, ainsi qu'aux différents métabolismes.

Un facteur de vieillissement accéléré
Le stress en excès, qu'il soit aigu ou chronique, fait donc partie des accélérateurs du vieillissement. Il ne nous coûte pas seulement de l'énergie, mais aussi du magnésium, de la taurine et de la vitamine B6, sans parler des antioxydants nécessaires pour éponger le surplus de radicaux libres.
Lorsque l'adrénaline passe dans le sang et va se fixer à la membrane d'une cellule, elle délivre son message en faisant monter le niveau d'une molécule stimulante (AMP cyclique) et elle entraîne un afflux de calcium qui déclenche de nombreuses réactions comme la contraction des muscles et des vaisseaux.
Or l'entrée massive de calcium dans la cellule chasse le magnésium. Chaque agression fait sortir une certaine quantité de magnésium des cellules, magnésium dont le taux augmente alors dans le sang. Le sang circule, il arrive au rein, chargé de maintenir constants les niveaux de nombreux éléments circulants dans le sang. Le rein détecte un excès de magnésium et le fait passer dans les urines.
C'est ainsi que de nombreux petits stress quotidiens – d'autant plus en présence de problèmes plus graves – se soldent par un déficit magnésien. Plus nous perdons de magnésium, plus nous mobilisons de taurine, qui intervient pour réduire les fuites cellulaires. Mais son taux sanguin montant aussi, la taurine subit le même sort. Quant à la vitamine B6, c'est le passage du cortisol par le foie qui en consomme.
Face à un stress, le magnésium diminue les quantités d'adrénaline sécrétées par la surrénale et freine l'entrée du calcium. Le magnésium est essentiel pour la production d'énergie.

Taurine, magnésium et vitamine B6
La taurine et le magnésium ont un effet calmant sur les muscles, les nerfs, les neurones et de nombreuses autres cellules, notamment celles du coeur. De plus, la taurine est capable d'épargner du magnésium en réduisant sa tendance à la fuite sous l'influence de l'adrénaline.
Le magnésium et la taurine agissent donc en synergie pour minimiser la réactivité « viscérale » à n'importe quel type de stress et pour faciliter une réponse adaptée.
Quant à la vitamine B6, elle est indispensable à la production dans le cerveau de deux messagers antianxiété, le GABA (sur les récepteurs duquel agissent les médicaments anxiolytiques) et la sérotonine.
Si les premiers troubles liés au stress et au manque de magnésium peuvent n'être que fonctionnels, ils risquent, avec le temps, de devenir organiques et de se transformer – avec l'aide de cofacteurs – en véritables maladies.
De nombreuses études ont souligné l'intérêt du magnésium, de la taurine et des vitamines du groupe B pour aider l'organisme à mieux faire face au stress.
Le magnésium joue un rôle fondamental dans la décontraction musculaire et la relaxation du système nerveux. Il régule l'entrée de calcium dans les cellules. En situation de manque, le message catécholaminergique provoque une hyperréactivité, une tendance à la contraction excessive au niveau du muscle. Le déficit magnésien aboutit donc non seulement à une réduction des réserves énergétiques disponibles, mais à sa dissipation dans chaque situation de stress, y compris l'effort physique, ce qui se traduit par une fatigabilité, un manque de résistance et d'endurance et peut aboutir à des « coups de pompe» ou à un état de fatigue permanent.
La taurine, dérivée d'un acide aminé soufré, la cystéine, se caractérise, comme le magnésium, par la capacité de contribuer à la préservation de l'homéostasie des cellules soumises à des stress de tout ordre : excès de pression osmotique, excès de calcium, manque d'oxygène, excès de molécules oxydantes, polluants divers, irradiation...
Elle améliore l'assimilation de l'oxyde de magnésium marin et du glycérophosphate de magnésium en le transformant en taurinate de magnésium très biodisponible pour les cellules. En outre, elle potentialise l'action du magnésium sur la détente et la résistance au stress. Elle se révèle être un très bon antioxydant et intervient également dans le métabolisme des graisses.
Une grande partie des propriétés de la taurine est reliée à son effet de stabilisation des membranes cellulaires. Elle réduit le risque d'hyperexcitation cellulaire.
Par ailleurs, le magnésium contribue à réduire la sortie de la taurine des cellules sous l'effet de stress divers. Le magnésium est aussi un épargneur de taurine. Autrement dit, non seulement le magnésium et la taurine agissent par des moyens différents dans la gestion du stress, mais ils se préservent l'un l'autre.

Importance des vitamines du groupe B
Un déficit en vitamines B peut potentialiser la vulnérabilité au stress, anxiété et troubles du comportement liés au déficit magnésien.
Le déficit en vitamine B6, mais aussi en vitamines B9 et B12, se répercute rapidement sur la capacité de synthèse de deux neurotransmetteurs, la sérotonine et le GABA, qui jouent un rôle majeur dans le contrôle de l'anxiété.
Par ailleurs, les vitamines B9, B12 et B6 jouent un rôle essentiel à la fois dans la synthèse des neurotransmetteurs et dans la qualité des phospholipides membranaires, ce qui se répercute sur la transmission des signaux envoyés par les récepteurs sur lesquels se sont fixés les neurotransmetteurs.
L'extrait de graines de Griffonia simplicifolia est riche en 5-Hydroxy-Tryptophane (5 HTP), un précurseur direct de la sérotonine. Pour synthétiser ce neuromédiateur essentiel, une seule réaction, catalysée par la vitamine B6, est nécessaire. En apportant du 5 HTP, on offre donc à l'organisme la possibilité de produire facilement la sérotonine qui lui manque. Le 5 HTP étant très rare dans l'alimentation habituelle, on considère le mode d'action de l'extrait de Griffonia comme à la fois nutritif et curatif.
La vitamine B6 optimise la bonne absorption de la vitamine B2 avec laquelle elle contribue à contrôler le taux d'homocystéine, un marqueur de risque de pathologies cardio-vasculaires et de dépression s'il est augmenté.
La vitamine B1 ou thiamine intervient dans la transmission de l'influx nerveux et cardiaque. Elle est indispensable au métabolisme des glucides en favorisant la décarboxylation du pyruvate en acétyl CoA, en synergie avec le magnésium et d'autres vitamines.
La vitamine B3 (niacine, nicotinamide ou PP) est impliquée dans les troubles du sommeil, l'asthénie et la perte d'appétit. Elle favorise la synthèse de la sérotonine (en épargnant son précurseur, le tryptophane) qui agit comme un calmant.

Autres éléments chimiques déterminants
Le lithium a des effets nombreux : ils se manifestent sur les neurotransmetteurs et sur le métabolisme des acides aminés, des glucides, des hormones, des ions et de l'eau.
Le lithium peut être utilisé avec d'excellents résultats, à doses faibles, dans diverses affections, telles que :
– les états d'instabilité émotionnelle (anxiété, hyperémotivité) ;
– les tendances dépressives récidivantes ;
– les insomnies des anxieux ;
– la diminution des facultés intellectuelles ;
– les troubles neurovégétatifs divers ;
– les migraines ;
– les syndromes musculaires douloureux par tension musculaire ;
– les phénomènes douloureux et de rétention hydrique du syndrome prémenstruel.
Le zinc entre dans la composition de près de deux cents enzymes, et il intervient dans les plus vitales des réactions biochimiques de notre organisme. Il participe à la modulation du récepteur neuronal aux acides aminés excitateurs, ce qui pourrait expliquer certaines manifestations neuropsychiatriques, telles que instabilité, perturbations émotionnelles, tremblements, constatées lors de carences sévères en zinc.
On trouve ces éléments sous forme de compléments alimentaires mais leur bon usage requiert une prescription médicale.

Version PDF    Liens vers la publication    Imprimer