Qui sommes-nous ?

Petit rappel historique

La MTRL a été fondée en 1965 à Lyon. Elle va donc bientôt fêter ses 50 ans d'existence.

La MTRL est née au milieu des années 60 dans un contexte à la fois marqué par la croissance économique – les Trente Glorieuses – et une demande sociale de plus en plus émergente.

A cette époque, on commençait à percevoir que la Sécurité sociale, un jour prochain, n’interviendrait plus sur tout et qu’il était important de disposer d’une assurance complémentaire. Dans cette période-là, les mutuelles proposaient des compléments soit pour l’hospitalisation, soit pour les soins, mais c’est la MTRL qui a été la première à proposer une protection complémentaire globale.

La MTRL a également été pionnière en ouvrant les premiers contrats groupes en entreprise. A cette époque, cela concernait des groupes très importants tels Alstom, Rhône-Poulenc ou PCUK Ugine-Kuhlmann, devenu Atochem puis Atofina.

De formation ouvrière et syndicale, son créateur et président actuel, Romain Migliorini, était depuis longtemps sensible aux valeurs mutualistes et, avec quelques amis qui participaient de cet esprit, sans dogmatisme mais avec énormément de détermination, ils se sont lancés dans cette belle aventure qui dure encore.

Le développement de la MTRL

La Mutuelle a connu très vite un développement régulier, car la demande ne cessait de croître, tant auprès des familles que des salariés, que ce soit via l’employeur ou par les comités d’entreprise.

Le nombre de ses adhérents ayant rapidement évolué, elle a ouvert plusieurs agences à Lyon et dans son agglomération, ce qui lui a permis d'aller directement à la rencontre de la population lyonnaise.

La MTRL a toujours eu la volonté de concilier ses principes de base – solidarité entre générations, accès aux soins pour tous, politique de prévention… – avec l’efficacité du gestionnaire, c'est-à-dire veiller à organiser son action et à gérer ses comptes avec une extrême attention, en proposant aux gens les contrats les plus adaptés, de telle sorte qu'ils aient l'assurance d'appartenir à une mutuelle qui tient compte au mieux de leur situation personnelle, pour résumer, qui les sert et ne sert pas d'eux. Car l'argent d'une mutuelle, contrairement à ce que voudraient laisser croire les pouvoirs publics tellement ils lorgnent dessus, ce n'est jamais que celui de ses adhérents.

En outre, on peut dire qu'une des caractéristiques principales de la MTRL a été sa capacité d’innovation. Par exemple, elle a été une des premières à informatiser sa gestion. C’était en 1978. Aujourd'hui, c'est banal mais ce fut alors un progrès considérable. De même, elle a été la première à Lyon, en 1996, à se connecter au système NOEMIE, créé par la Caisse nationale d’assurance maladie, qui permet le transfert direct des décomptes maladie entre la Sécurité sociale et les complémentaires. Tout le monde l’utilise aujourd’hui mais, il y a quinze ans, c’était vraiment révolutionnaire.

Enfin, au cours des quinze dernières années, elle a élargi son audience dans toute la région Rhône-Alpes ainsi qu'en Saône-et-Loire en ouvrant de nouvelles agences.

Le partenariat MTRL/ACM

Au début des années 2000, un changement de nature est intervenu qui a modifié sensiblement ce métier. Au cours de cette décennie, les dépenses se sont fortement accrues sous l'influence de différents facteurs : vieillissement de la population, accroissement de la demande de soins, recettes médiocres dues à un chômage élevé persistant, augmentation du coût des actes médicaux, explosion du prix des spécialités pharmaceutiques, désengagement continu de la Sécurité sociale… ce qui a eu pour conséquence de favoriser des regroupements, seuls capables d'assumer ces charges nouvelles car disposant des moyens financiers suffisants.

De fait, il y avait quelque 7 500 mutuelles santé en France au début des années 1980 ; fin 2010, il n'en restait qu'un peu plus de 700, et aujourd'hui, en 2014, leur nombre a encore été divisé par deux.

Cette évolution plutôt inquiétante n'a pas pris la MTRL de court. Il faut dire qu'elle avait été à l’origine de la création des premières caisses de Crédit Mutuel en 1969, il y a donc quarante-cinq ans, et Romain Migliorini avait personnellement assumé les responsabilités de vice-président de la Fédération du Sud-Est de cet organisme bancaire. Ainsi, des liens de confiance et des valeurs communes les unissaient depuis longtemps.

C'est donc tout naturellement que la Mutuelle a fait le choix de rejoindre le groupe Crédit Mutuel-CIC qu'elle connaissait bien, et, en 2005, elle s'est associée aux ACM (Assurances du Crédit Mutuel).

Cette situation lui confère une dynamique et une force de tout premier plan. La MTRL est désormais le pôle mutualiste santé du Groupe, qui occupe la 6e place nationale dans l’assurance des personnes (plus de 1 million de personnes protégées).

Cela lui permet de disposer de moyens matériels, d’outils de gestion et de nouvelles offres de produits de santé, prévoyance et assurance qui confortent ses atouts et son développement.

La MTRL joue pleinement son rôle dans ce partenariat. Elle contribue ainsi au développement de l’activité dans ses zones de rayonnement : région lyonnaise, Rhône-Alpes, Bourgogne et Centre-Est ; par son réseau d’agences et tant auprès des individuels, artisans, commerçants que des entreprises et des collectivités. De fait, l'accroissement de son audience se mesure à la hausse du nombre de contrats souscrits, et elle compte aujourd’hui parmi les plus importantes mutuelles interprofessionnelles de France.

Les services pour faire la différence

Ce sont finalement les services qui font la différence car, en fait, les prix finissent tous par être conformes à la réalité des coûts et des dépenses ; même si la Mutuelle fait tout son possible pour maîtriser le niveau des cotisations en maintenant des frais de gestion parmi les plus bas de la profession.

Ainsi, la MTRL et plus largement le Groupe GIE ACM proposent une plate-forme TELSANTÉ (0 800 030 033) qui répond à des dizaines de milliers d'appels d'adhérents chaque année. S'y ajoutent Tel Santé Conseil pour l'aide aux devis optique et dentaire ; le site Internet mtrl.fr pour suivre ses remboursements (et maintenant un site supplémentaire mtrl-id.com pour de l'information en continu) ; la carte Avance Santé, qui dispense d'avance de frais chez tous les professionnels de santé acceptant le paiement par carte bancaire ; le service Integral Optic et bientôt Integral Audio, etc.

La MTRL est très investie dans la prévention

En matière de santé publique, la réflexion et surtout l'action doivent être menées d'abord en faveur de la prévention.

C’est par une politique de prévention basée sur l’éducation, l’information et l’implication de l’ensemble des acteurs de santé, mutuelles comprises, que l’on mobilisera les énergies et que l’on incitera à l’adoption de comportements responsables. La prévention ne doit pas être dans nos métiers une simple variante mais une réelle volonté d’améliorer le niveau de santé de nos concitoyens.

La MTRL dispose en ce domaine de nombreux outils : invitations à des dépistages, conférences médicales, colloques d'économie de la santé, journées de prévention, site Internet, revue Mutuelle et Santé. Ces actions lui permettent de sensibiliser, prévenir et informer au mieux ses adhérents et le public qui la suit.

Les dépenses de santé augmentent continûment chaque année et cette tendance ne devrait pas s'inverser à moyen terme. C'est de plus en plus insoutenable pour le budget de l'Etat, qui s'est depuis longtemps substitué aux partenaires sociaux dans la gestion peu glorieuse du déficit permanent de la Sécurité sociale. Si l'on ne change pas radicalement notre appréhension des problèmes de santé en France, le régime commun actuel n'y survivra pas. Ce qui se traduira inévitablement par le développement d'offres nouvelles concurrentielles de systèmes de couverture santé à la carte, inaccessibles pour les petits budgets.

Ce n'est pas ainsi que la MTRL voit l'avenir, et elle ne s'est pas battue depuis près d'un demi-siècle pour un tel résultat : seules l'éducation et la prévention peuvent favoriser une économie de la santé positive.

Il ne faut cependant pas confondre prévention et dépistage. Le dépistage touche déjà potentiellement à la maladie, alors que la prévention vise justement à en réduire les risques. L'action de la Mutuelle, qui se veut originale, se place sur le terrain d’une prévention globale qui peut concerner aussi bien le tabac, la nutrition, l'Alzheimer ou le cancer. Autant de thèmes sur lesquels elle travaille toute l’année avec des médecins dans le cadre des réunions d’information qu'elle organise.

La MTRL et les médecines complémentaires

La Mutuelle diffuse depuis 2007 un contrat original : Réflexe Prévention Santé.

Réflexe Prévention Santé est un contrat spécifique et en libre adhésion qui permet, par exemple, de prendre en charge des pratiques de médecine fonctionnelle non remboursées par la Sécurité sociale comme l’ostéopathie, la chiropractie, l’étiopathie, l'acupuncture, la mésothérapie, la naturopathie…

Réflexe Prévention Santé permet également d’obtenir le remboursement de médicaments homéopathiques non pris en charge par la Sécurité sociale ou d’effectuer, tous les deux ans, un bilan personnalisé avec son pharmacien, ce dernier jouant un rôle important dans le processus médical, notamment par ses conseils sur les médicaments qu'il délivre ainsi que sur l’automédication.

De plus, Réflexe Prévention Santé propose aux adhérents qui le souhaitent des entretiens avec des diététiciens et un accompagnement à l’arrêt du tabac.

Voilà en résumé ce qu'est la MTRL. Malgré son dynamisme et un nombre d'adhérents non négligeable, elle aurait pu ne pas survivre à la profonde mutation qui broie un grand nombre de mutuelles aujourd'hui. En s'adossant à un groupe financier important, soucieux lui-même de donner plus d'allant à son secteur d'assurance santé, elle a réussi un mariage heureux, où la raison dominait sans doute mais où les liens affectifs étaient loin d'être absents.