Articles

Rencontre avec Michel de Lorgeril, cardiologue, chercheur au CNRS

« Si les statines étaient si extraordinaires, il n'y aurait rien à cacher » 

Que vous inspire la condamnation des Prs Even et Debré par le Conseil de l'Ordre des médecins ?


J'ai effectivement signé le texte de soutien au Pr Philippe Even. Certes, un médecin n'a pas à dire du mal d'un confrère. S'il y a des phrases exagérées, on le lui dit. Mais si un médecin estime de son devoir d'alerter la communauté médicale et scientifique – et la société – sur un dysfonctionnement du système de santé, c'est au-dessus de toute considération corporatiste ; et il faut lui dire merci. Le Conseil de l'Ordre est un comité disciplinaire, il n'a pas à statuer sur la science. S'ils veulent discuter des aspects scientifiques, il faut réunir un comité d'experts et on discute, ce qui est normal en sciences.


Vous avez demandé la réunion d'une conférence de consensus sur le cholestérol et les statines ?


Oui mais nous ne l'obtenons pas ; en fait, ils n'en veulent probablement pas car ils savent que nous avons raison. S'il y a une conférence de consensus, ils reconnaissent qu'il y a matière à discussion. Ce qu'ils veulent, c'est ne pas introduire le doute car, dès qu'il y a doute, cela veut dire que l'on cache quelque chose. Derrière cela, il y a un marché de centaines de milliards d'euros. L'industrie pharmaceutique est une industrie malade, il faut essayer de maintenir les profits.


Avez-vous le sentiment que vos thèses sur le cholestérol et les statines progressent ?


Il y a un mouvement. Les prescriptions sont en baisse ; des patients refusent de se faire prescrire des statines. Certains universitaires parisiens ont crié : « Vous mettez en danger les patients », mais ça a fait long feu. Aucun scientifique sérieux n'a repris leurs arguments. C'est l'illustration que les médecins universitaires ne sont pas des scientifiques. Avec mon équipe du CNRS, on a déjà mis le feu aux poudres plusieurs fois. En 1992, quand on a dit que le vin était bon pour la santé, la communauté médicale l'a mal vécu. Ça a été pareil pour les Oméga 3 puis la diète méditerranéenne, à la fin des années 90, car il n'y avait pas de business derrière. On va gagner aussi sur les statines et le cholestérol.
Even est arrivé dix ans après nous. C'est l'industrie qui a imposé les statines. Moi-même j'en ai prescrit. Je disais : « C'est prouvé. » Il m'a fallu du temps pour comprendre. Tous les essais sur les statines sont conduits par les sponsors. C'est incroyable, mais des experts indépendants comme nous n'ont pas accès aux données brutes ! Si les statines étaient si extraordinaires, il n'y aurait rien à cacher. C'est dur pour un médecin d'accepter qu'on vous ait menti ; lui, il pense bien faire en prescrivant ces médicaments.


Pour vous la prévention des accidents cardiaques passe par l'hygiène de vie...


Il y a un mode de vie qui protège contre l'infarctus et le cancer. Il faut faire de l'exercice physique, être vigilant sur son alimentation, sur l'air qu'on respire, les contacts que l'on a avec les perturbateurs endocriniens et toutes sortes d'autres poisons auxquels on est exposé, et parmi ces poisons et toxiques, les médicaments sont au premier rang. La manière dont on gère le stress face aux difficultés de la vie est aussi primordiale.
Publié le 24/04/2014 à 21:57

 

http://www.leprogres.fr/actualite/2014/04/24/si-les-statines-etaient-si-extraordinaires-il-n-y-aurait-rien-a-cacher

Liens vers la publication    Imprimer